Return to site

COMPRENDRE LE GROWTH HACKING ET SES OPPORTUNITES

QU'EST CE QUE LE GROWTH HACKING

Très répandue dans les start-up, le Growth Hacking est une technique de e-marketing importée des États-Unis, pays dans lequel il est devenu un véritable phénomène depuis la création du mot, en 2010 par Sean Ellis, en charge du marketing chez Dropbox ; de nombreux livres et articles lui sont désormais consacrés. Mais que recouvre ce terme ?

Le Growth Hacking, une révolution du marketing classique
Le Growth Hacking consiste à mettre en œuvre des techniques créatives et à analyser des données afin de mobiliser de nouveaux leviers de croissance d’une société ou d’un produit. Il est la conséquence de l’adaptation du marketing à un nouvel environnement et notamment aux nouvelles technologies, remettant en cause les actions du marketing traditionnelles d’une entreprise classique. Alors que l’objectif de cette dernière reste de construire une marque en recourant principalement aux médias de masse, le Growth Hacker a pour but d’accroître sa base utilisateurs à moindres frais. En outre, alors que l’entreprise classique ambitionne un objectif de croissance entre 3 et 10% par an, une start-up vise une croissance annuelle supérieure à 20%, tout en conciliant ce but avec un très petit budget.

Le Growth Hacker, un hacker du marketing
Ce manque de budget doit être compensé par de la créativité et de l’inventivité. Dès lors, un Growth Hacker peut se définir comme un hacker du marketing, c'est-à-dire quelqu'un qui va utiliser des méthodes non traditionnelles et anticonformistes pour augmenter sa base utilisateurs. Il doit également travailler aux processus de conversion et de rétention du client. Pour cela, il recourt à de nombreux outils, tels que le SEO, les médias sociaux, les newsletters, les relations presse, l’ergonomie, l’acquisition de trafic, les tests A/B, etc. Il est attaché à une culture du résultat et iI agit surtout par expérimentation, en testant de nouvelles solutions et en mesurant méthodiquement les résultats.

Quelques exemples réussis de Growth Hacking
Dans les années qui ont suivi son lancement, Hotmail a inséré en signature de ses mails la mention « PS: I Love You. Get Your Free Email at Hotmail », afin d’inciter les destinataires des courriels à recourir au service ; en 1 seul mois, il avait gagné 20 000 utilisateurs, 1 million en un semestre et 2 millions en huit mois, alors même qu’une telle opération n’a rien coûté à la société.

Droopbox a mis en place un système permettant à ses utilisateurs de bénéficier de 500 Mo d’espace gratuit pour chaque relation qui installe le service, dans la limite de 16 Go.

Un exemple de Growth Hacking axé sur l’activation et la rétention des utilisateurs peut aussi être trouvé chez Twitter. En se fondant sur le constat selon lequel un utilisateur ne recourt activement à Twitter qu’à partir du moment où il suit 20 personnes, la société a mis en place des suggestions de personnes à suivre dès le processus d’inscription.

COMPRENDRE LA PRATIQUE

Se fixer des objectifs précis
Tout au départ il faut comprendre les besoins de son entreprise : acquérir du trafic, fidéliser ses clients, convertir ses prospects. Chaque objectif de croissance doit être soigneusement dégagé et par la suite, les entreprises pourront mettre en place des techniques de growth-hacking.

Des techniques de croissance ultra-puissantes
Complètement ancré dans la pensée lean marketing, le growth-hacking englobe des techniques qui visent une croissance exponentielle et peu coûteuse. Les maîtres mots du growth-hacker sont « originalité » et « économie ». Il s’agit de trouver des techniques qui utilisent des ressources que l’on possède, des ressources principalement numériques ainsi que le bouche-à-oreille. Il s’agit également de s’occuper des détails, l’expérience utilisateur est calculée très finement pour pouvoir optimiser le tunnel de conversion.

Expérimenter, apprendre… et recommencer.

Le growth-hacking n’est pas une solution toute prête, qui fonctionne à tous les coups. Il est issu d’une réflexion, d’une compréhension de ses utilisateurs et de ses cibles, et d’essais répétés et souvent infructueux. Ce n’est pas une recette que l’on peut suivre à la lettre. En effet, les hacks les plus imaginatifs et performants sont rarement les premiers à avoir été tentés par l’entreprise. Il faut oublier ses certitudes, essayer, expérimenter, et surtout apprendre de chaque échec.

Vers l’hyper-personnalisation du contenu
Il est nécessaire d’étudier en amont ses utilisateurs et ses cibles, de segmenter finement pour s’adapter à chacun. La compréhension des données est ce qui va permette de mettre en place le growth-hacking, de répondre au mieux aux utilisateurs de manière hyperpersonnalisée.

Le growth hacking est une discipline réellement passionnante qui mérite que l’on s’y intéresse. De nombreuses techniques de growth hacking peuvent être exploitées dans le cadre d’une stratégie digitale et nous sommes chez Bora Academy convaincus qu’elles peuvent apporter des résultats intéressants pour nombre de nos clients.

N’hésitez donc pas à laisser votre mail pour plus de conseil en croissance !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly